Gan

À mesure que les déremboursements s’accélèrent, les compagnies et mutuelles d’assurance santé prospèrent. Dans les faits, et même si l’on nous rebat sans cesse les oreilles sur le très célèbre trou de la sécurité sociale, il ne s’agit ni plus ni moins que d’un transfert de compétence du public vers le privé. Rassurez-vous, vous n’êtes pas coupables de tomber malade. Mais les assureurs, eux, aiment à ce que vous le pensiez. Ceci étant dit, nous avons eu envie de consulter les complémentaires santé d’acteurs majeurs du marché des assurances en France. Sont-elles toutes de même calibre ? Existe-t-il de grosses différences de l’une à l’autre ? C’est ce que nous allons voir avec l’étude la complémentaire santé du GAN.

↓ La meilleure manière de comparer : faire un devis gratuit ↓

Historique du GAN.

Au départ, le GAN s’appelle la Caisse fraternelle de capitalisation. Elle naît à Lille en 1913. Mais c’est seulement en 1968, alors que plusieurs compagnies fusionnent que les prémisses du GAN tel qu’on le connaît apparaissent. Cette année là donc, la Nationale, le Soleil et l’Aigle, toutes nées ou nationalisées en 1946, au moment de la création de la sécurité sociale, fusionnent. Et c’est en 1977 que la fameuse société fraternelle de Capitalisation, regroupant toutes ces entités, change de nom pour devenir GAN capitalisation.

Comme c’est le cas de nombreuses sociétés d’assurance et de banques en France, le GAN est une entreprise nationale, donc publique. Mais ce n’est parce que l’on appartient à l’état que l’on n’est pas tenté par l’acquisition d’autres enseignes. C’est donc ce que fait la GAN, en rachetant tout ce qu’il peut à tour de bras. Il prend même possession du CIC et de sa filiale immobilière UIC, sur les conseils du ministère des finances, déjà tenu par Michel Sapin. Mais cette acquisition ne sentait pas bon, et plombe les finances du groupe, qui voit ses dettes augmenter jusqu’à 5 milliards de Francs.

Rassurez-vous, tout sera remboursé… Par nous. Et oui, les erreurs publiques sont palliées par les deniers publics. Malgré tout, le GAN ne s’en remet pas vraiment et est racheté en 1998 par Groupama, qui en profite pour poursuivre sa progression. Depuis, le GAN continue sa route sous son enseigne et propose toujours des produits indépendants de ceux soumis par Groupama.

 

L’assurance santé GAN.

Comme nous le faisons pour chaque assureur, nous effectuons une simulation du coût et des garanties pour une famille avec deux enfants. Le père est âgé de 40 ans en 2017, la mère a 37 ans, et les deux enfants ont respectivement 15 et 12 ans. De cette manière, et en calibrant nos demandes sur un niveau 3, nous pouvons parvenir à effectuer une comparaison entre les différents assureurs.

Dans son introduction à la simulation, le GAN nous demande de laisser nos coordonnées. On ne comprend toujours pas pourquoi la gestion commerciale l’emporte à ce point sur la simple information. Toutefois, nous nous exécutons et laissons nos noms, adresse mail et numéro de téléphone. Mais, avant même d’obtenir le tarif tant souhaité, le GAN nous force à choisir une agence près de chez nous, en fonction de notre code postal. C’est seulement une fois l’agence choisie que s’affichent à la fois les tarifs et la liste détaillée des garanties.

D’ailleurs, la présentation des résultats ressemble à s’y méprendre à celle de Groupama… Mais la comparaison s’arrête là. Parce que GAN nous offre un outil que personne d’autre jusque là ne nous avait offert ; la possibilité de composer nous-mêmes notre contrat. Une souplesse encore inédite malgré la consultation d’une dizaine d’assureurs. Dans son principe de fonctionnement, le GAN nous soumet donc 1 première formule de base, avec les garanties minimales. Ensuite, elle développe 4 niveaux de garanties. La sixième colonne, quant à elle, sert à notre complémentaire sur mesure, choisie directement par nos soins. Un excellent point pour le GAN. De façon à maintenir le niveau de comparaison avec les autres compagnies, nous nous alignons donc sur le niveau 3 (hormis la première formule de base).

↓ Faites la comparaison : demandez un devis gratuit ↓

tarification Gan

Les tarifs.

Au départ, la formule conseillée par le GAN à l‘aide du petit questionnaire que nous avions rempli au préalable est affichée à un prix de 2 886 € pour l’année ! Et notre petit ajustement nous entraîne à un prix de 3 101 € ! Les 115 € d’écart étant seulement liés à un passage de niveau 3 à niveau 4 sur le sujet de l’hospitalisation. Mais quel que soit notre choix final, ces deux tarifs nous paraissent extrêmement chers. On arrive presque au niveau de la Macif, bon dernier de la classe. C’est dire.

Autant la souplesse du produit est intéressante, autant son prix refroidi nos ardeurs. Surtout si on le compare aux tarifs de la GMF, CNP Assurances, la MMA, Axa ou de la Maif. A ce stade, difficile de comprendre de tels écarts de prix pour des prestations sensiblement équivalentes. On en reste un peu bouche bée.

tarification Gan

Les garanties.

Question garanties, par contre, tout y est. Et dans le détail. D’ailleurs, cette présentation est pratique, puisqu’elle lie directement le prix aux garanties. Comme vous pourrez le constater en cliquant sur l’image joint et en l’agrandissant dans votre navigateur, nous sommes bien au même niveau de garantie que chez les concurrents. La prise en charge du sevrage tabagique, des moyens contraceptifs ou des actes préventifs sont bien inclus dans la prestation. Et nos fameuses séances chez l’ostéopathe sont indemnisées à hauteur de 30 € par séance 3 fois par an.

Nous reviendrons sur l’optique et le dentaire au sein de pages spécifiques. Voilà pourquoi nous ne nous attardons pas ici sur ces points. Mais les garanties sont complètes, même s’il existe de petites différences entre assureurs. Et, comme c’est le cas pour de nombreuses assurances santé, les prises en charge dans ce secteur sont plus élevées si vous allez faire vos lunettes ou poser vos prothèses dentaires ou auditives chez un partenaire du GAN.

↓ Pour avoir un comparatif personnalisé : faites un devis gratuit ↓

Tarification Gan

L’optique, le dentaire et l’audition.

Au regard des prestations rendues par le GAN sur ces trois postes, on comprend tout de suite mieux le montant élevé de cotisation. Mais malgré tout, 1 000 € de plus par an pour se trouver sensiblement aux mêmes niveaux de remboursements que la MAIF ou que la GMF sur l’audition, par exemple, on avale difficilement. Ceci étant dit,  on note que le niveau moyen de remboursement du GAN est malgré tout assez élevé et très cohérent d’un poste à l’autre. Si certains sacrifient le dentaire pour être excellents sur l’optique, ou l’inverse, d’autres choisissent de traiter les deux postes au même niveau, mais souvent avec des prises en charge moins intéressantes. C’est le cas de Groupama ou d’Axa, dans nos exemples. Le GAN reste élevé partout. Et c’est plutôt bien. Reste que le rapport entre les remboursements et le montant de la cotisation ne semble avoir aucune commune mesure. Et c’est bien plus dommageable.

Vous pourrez d’ailleurs le constater en consultant les pages spécifiques que nous avons spécialement écrites pour comparer les assureurs au sujet des soins dentaires, de l’optique et de l’audition. Chaque complémentaire santé est soumise à des cas particuliers et chiffrés. Et c’est bien là que les différences réelles se font.

↓ La meilleure manière de comparer : faire un devis gratuit ↓

Les services complémentaires.

Toutefois, un manque se fait sentir sur cette page. Il n’est fait aucune mention des services complémentaires que peut offrir le GAN en cas d’hospitalisation par exemple. Quid de l’assistance à la personne, d’ordinaire inclus dans les contrats d’assurance santé ? Il nous faudra sans doute consulter un agent pour en savoir plus sur la question. Dommage… C’est souple, mais ça manque un  peu d’explications sur les à côtés.

illustration mutuelle vélo

Conclusion.

Ce qu’on aime chez le GAN ;

  • La présentation simple ;
  • La souplesse du produit et la possibilité de constituer soi-même sa complémentaire santé ;
  • L’accès (presque) rapide aux tarifs ;
  • Le niveau de remboursement des postes dentaire, optique et audition.

Ce qu’on aime moins ;

  • Le déficit d’informations sur l’assistance (y en a-t-il une ?) ;
  • Le prix !

En somme, le GAN cumule le bon et le moins bon. Et joue avec nos espoirs… C’est fort dommage. La souplesse de la chose nous avait donné enfin l’espoir de choisir notre complémentaire et de la composer comme nous le souhaitions. Mais le prix fait froid dans le dos. Attention toutefois. Ce n’est parce que nous avons obtenu un tarif très élevé pour une famille de 4, que le prix est aussi haut pour une personne seule, chacun ayant ses propres besoins, ou ses propres soucis de santé. Il ne nous semble pas pourtant que les garanties choisies soient si élevées, au regard de ce que nous propose la concurrence. Franchement, on a bien aimé le GAN. C’est vraiment dommage que le prix des cotisations soit si haut… Surtout si l’on compare les prises en charge avec d’autres assureurs aux cotisations plus légères.

La meilleure manière de savoir : Demandez un devis et comparez