Mutuelle étudiante : comment s’y retrouver ?

La complémentaire santé est bien une assurance qui vient compléter les remboursements effectués par la caisse d’assurance maladie. Et on la nomme souvent, par défaut, mutuelle. Mais ce terme prête bien souvent à confusion tant il regroupe des notions différentes. A la base, une mutuelle, c’est un organisme qui gère des biens et des services de façon partagée, collective, mutualisée. On parle par exemple de mutuelles d’assurances, par opposition aux compagnies, qui sont des entreprises dont le but premier est de rechercher le bénéfice.

Mais il y a encore un domaine où l’on parle de mutuelle, pour les étudiants. Et là encore, il existe une nuance à donner au mot « mutuelle ». Contrairement aux mutuelles classiques (complémentaires santé), la mutuelle étudiante est le seul moyen pour un étudiant entre 16 et 28 ans de s’inscrire à un régime de sécurité sociale. Et c’est obligatoire. Profitons donc de ce site pour mettre les choses au point et décrire exactement ce qu’est une mutuelle étudiante.

↓ La meilleure manière de comparer : faire un devis gratuit ↓

sécurité sociale étudiante

Mutuelle étudiante : explications.

Néanmoins, cette affiliation requière deux conditions ; avoir entre 16 et 28 ans et être inscrit dans un établissement d’enseignement supérieur. Il est possible d’y couper, dans les cas suivants :

  • Lorsque vous avez entre 16 et 19 ans et que la caisse de sécurité sociale de vos parents relève d’un régime spécifique (TNS, militaire, … Il existe plus de 100 régimes spéciaux en France) ;
  • Lorsque vous vivez en couple avec une personne qui n’est pas étudiante. Vous pouvez alors dépendre de son régime ;
  • Lorsque vous êtes salarié permanent ;
  • Lorsque l’un de vos parents est un agent de la SNCF…

Ensuite, vous pouvez choisir votre mutuelle étudiante. Et là, vous avez le choix entre 2 organismes. Je sais, certains seront surpris qu’il n’existe que deux organismes. Surtout au regard des nombreux mutuelles présentes sur les campus universitaires, ou du nombre de mutuelles qui proposent leurs services sur internet. Ces deux organismes sont l’Organisme de Mutuelle Etudiante Nationale, et le réseau national des mutuelles étudiantes de proximité.

Les différentes mutuelles étudiantes.

Pour faire court, soit vous optez pour une mutuelle nationale, soit vous choisissez une mutuelle « locale » membre d’un réseau national. La mutuelle nationale est tout simplement la mutuelle des étudiants (LMDE). Le réseau national se nomme quant à lui emeVia. Et, dans ce second cas, la mutuelle qui s’offrira à vous dépendra quasi exclusivement de votre région. Ou du moins de celle où vous effectuez vos études. Le réseau est ainsi constitué d’acronymes qui vous parleront sans doute plus :

  • La SMEBA pour l’Ouest de la France ;
  • La SMENO pour le Nord ;mutuelle étudiante
  • La SMEREP pour l’Ile de France ;
  • La MGEL pour le Nord-est ;
  • La SMEREB et la SMERRA pour l’Est ;
  • La MEP pour le Sud-est ;
  • VITTAVI pour tout le Sud-ouest ;
  • La SMECO pour le Centre de la France ;
  • La SMERAG pour l’outre-mer.

LMDE, quant à elle, dispose d’agence partout sur le territoire national. Dans les faits, donc, vous vous retrouverez toujours en concurrence deux mutuelles étudiantes, LMDE et l’une des mutuelles citées ci-dessus. C’est cette mutuelle, une fois que vous l’avez choisie, qui gère votre inscription à la sécurité sociale, et vous rembourse vos frais de santé. Elle vous verse donc la part Sécu comme la part Mutuelle.

En ce qui concerne votre affiliation, elle se fait obligatoirement le jour de votre inscription administrative dans l’établissement qui vous a admis. C’est pourquoi il est important de connaître les deux concurrents avant de venir vous inscrire, à l’université comme dans n’importe quel établissement d’enseignement supérieur.

↓ Faites la comparaison : demandez un devis gratuit ↓

Quelles différences entre les mutuelles ?

Dans les faits, il faut considérer deux aspects distincts. Pour ce qui est du volet Sécurité Sociale, les prestations des différentes mutuelles sont exactement les mêmes. Logique, puisque ce sont les prestations Sécu qui sont juste redistribuées par les mutuelles. Le coût aussi est le même. Pour l’année 2016/2017, il était de 215 € à l’année, payable en trois fois. Mais si vous avez moins de 20 ans sur la totalité de l’année universitaire (et pas seulement au moment de l’inscription), vous aurez droit à une mutuelle gratuite. Idem si vous êtes boursier ou si vous exercez une activité professionnelle durant toute l’année scolaire. Bien entendu, il vous faudra fournir des justificatifs, comme un contrat de travail.

mutuelle étudianteVotre mutuelle étudiante vous couvre du 1er septembre au 31 août de l’année suivante. Et, dès la sortie de vos études, vous devrez vous diriger vers votre caisse locale d’assurance maladie, pour entrer dans un nouveau régime de Sécu. Votre carte vitale sera alors mise à jour selon le régime de Sécu duquel vous dépendrez. 80 % de la population dépend du régime général, mais tout dépend de votre profession.

En résume, ce qu’il faut bien comprendre, c’est que le régime de Sécurité Sociale de base fourni par les mutuelles étudiantes est exactement le même que le régime général de sécurité sociale de 80 % des Français. Si elle vous paraît payante, c’est simplement parce qu’en tant qu’étudiant, vous ne percevez pas de salaire, et ne versez donc pas de cotisations. Mais en réalité, ces 215 € représentent un coût moindre que les cotisations versées par les travailleurs. Celles qui sont déduites de bulletins de salaire.

Ensuite, les mutuelles étudiantes vous proposent une complémentaire santé, exactement comme pourrait le faire n’importe quel assureur. LA confusion sur les mutuelles étudiantes tient au fait qu’elles assurent les deux prestations ; sécurité sociale ET complémentaire santé. Si vous devez comparer deux mutuelles étudiantes, c’est donc sur la part complémentaire que vous pourrez le faire.

↓ Pour avoir un comparatif personnalisé : faites un devis gratuit ↓

Les offres des mutuelles étudiantes.

Si LDME affiche directement un comparatif de ses différentes offres de complémentaires santé sur son site, ce n’est pas le cas de tout le monde. Mais sachez que le principe de fonctionnement de ces mutuelles est exactement le même que celui affiché par les assureurs en ce qui concerne les complémentaires santé. Différents niveaux de garantie allant des garanties obligatoires jusqu’à la prise en charge à 100 % des frais optiques et dentaires.

mutuelle étudianteChez LMDE, les prix vont de 57 € à l’année (en plus des 215 € de cotisation obligatoire pour la part Sécurité Sociale) à 379,20 € à l’année. Avec 5 formules au choix. A la SMEBA, les offres sont déclinées différemment, mais les prix sont sensiblement les mêmes, de 60 € l’année à 408 € l’année. La SMEBA offre également la possibilité de rester inscrit sur la complémentaire santé de ses parents et d’y ajouter un complément de 37 € pour l’année, afin de bénéficier de remboursements en plus, notamment sur les vaccinations, en cas de stage à l’étranger par exemple.

Chez Vittavi, les tarifs vont de 67,80 € l’année à  396 €, pour 5 formules également. Un process assez similaire à celui de LMDE. Chez SMECO, on compte 4 formules, pour des prix approximativement similaires, allant de 66 € à 414 € l’année. Les tarifs de la SMENO débutent à 135 € l’année, pour finir à 423 €, déclinés en trois formules seulement. A la SMEREP, on sent déjà qu’on étudie en région parisienne. Les tarifs sont plus élevés et débutent à 99 € par an pour aller jusqu’à 588 € l’année. A noter que la SMEREP soumet une quatrième formule permettant d’obtenir sa mutuelle sur mesure, en fonction des garanties que l’on souhaite voir plus élevés. Et le tarif de départ est de 181,20 € l’année.

A la MGEL, les choses sont un peu différentes. Pour une raison simple. Le régime de sécurité sociale de l’Alsace et la Moselle permet l’application du régime local. Ainsi, la seconde formule (sur trois proposée) est facturée à 127,20 € au lieu de 277,20 € si vous devez souscrire au régime général. Et le principe est le même pour la troisième formule, la plus haute ; 253,20 € au lieu de 379,20 e au régime général.

La SMEREB propose exactement les mêmes formules et les mêmes tarifs que la SMECO. Tout comme la SMERRA, d’ailleurs. A la MEP, dans le Sud-est, on retrouve la déclinaison des 5 formules, allant de 60 € l’année à 492 € pour la couverture la plus haute. Quant à la SMERAG, trois formules sont disponibles, de 120 € à 528 € l’année.

Conclusion.

Il ne vous reste plus qu’à choisir la formule qui vous convient en fonction du lieu où vous étudiez. Notez que ces différentes mutuelles sont des assureurs et proposent parfois d’autres services, notamment pour les jeunes travailleurs, sortant de leurs études. Une forme de continuité dans la prise en charge. Seule la part Sécurité Sociale est obligatoire, mais il peut être intéressant de souscrire une offre complémentaire afin de bien se prémunir contre les soucis de santé.

Autre point pour finir, pour les revenus modestes, il est tout à fait possible de faire une demande de CMU-C, qui n’est autre que la complémentaire de la CMU. Si vous y êtes éligibles, n’hésitez pas. Votre complémentaire sera gratuite et il s’agit sans doute de la meilleure complémentaire santé de France en termes de prise en charge.

La meilleure manière de connaître votre budget : demander des devis

Nous essayons de toujours vous aider du mieux possible dans l’estimation de votre budget. Mais il est important que vous vous rappeliez que chaque chantier est unique : la seule manière de connaître exactement votre budget, c’est de demander un devis.
C’est pourquoi nous vous proposons de passer par notre générateur de devis. C’est entièrement gratuit et sans engagement. Ça ne dure que 5 minutes et vous obtenez trois devis de professionnels locaux. Bref c’est parfait pour connaître précisément le coût de vos travaux. Alors pourquoi ne pas essayer ?